© Jean-François Leclercq / OnP

Philippe Jordan dirige les chefs-d’œuvre du répertoire lyrique français

Philippe Jordan est Directeur musical de l’Opéra national de Paris et Directeur musical des Wiener Symphoniker depuis la saison 14/15.

Pour poursuivre la traversée du répertoire lyrique français du XIXe siècle initiée avec La Damnation de Faust d’Hector Berlioz présentée en décembre 2015, Philippe Jordan dirigera au cours de la saison 2016-2017 deux œuvres emblématiques de ce répertoire : Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns et Béatrice et Bénédict d’Hector Berlioz.

Samson et Dalila
de Camille Saint-Saëns
Opéra Bastille – Octobre 2016

Inspiré d’un sujet biblique violent et érotique, cet opéra de Camille Saint-Saëns – qui doit sa création en 1877 à l’insistance de Liszt – met quinze ans avant d’être joué à Paris, au Palais Garnier. Il devient l’un des opéras français les plus joués au monde avec Faust et Carmen. Dirigée par Philippe Jordan, cette nouvelle production marque le retour à l’Opéra national de Paris de ce chef‑d’œuvre du répertoire qui n’y a plus été joué depuis un quart de siècle. Anita Rachvelishvili, majestueuse dans les rôles de femmes fatales, incarne la prêtresse venimeuse dans une mise en scène de Damiano Michieletto.

Les éclairs brillent déjà dans le ciel quand Dalila déclare son amour à Samson dans l’un des plus beaux airs d’amour de l’opéra romantique : « Mon cœur s’ouvre à ta voix comme s’ouvrent les fleurs aux baisers de l’aurore » une beauté envoûtante mais trompeuse… quand le tonnerre gronde enfin, Dalila trahit Samson en le livrant à ses ennemis : « Montez, cette fois il m’a ouvert tout son cœur », leur souffle‑t‑elle dans la nuit (Ancien testament, livre des juges)

Les artistes

Aleksandrs Antonenko

Samson

Samson et Dalila

Damiano Michieletto

Metteur en scène

Samson et Dalila

© Brian Tarr

Anita Rachvelishvili

Dalila

Samson et Dalila

© Salvatore Sportato

Béatrice et Bénédict
d’Hector Berlioz
Palais Garnier – 24 mars 2017

Achevé en 1862, Béatrice et Bénédict est créé sous la direction de son compositeur le 9 août 1862 à Baden-Baden. Il faudra attendre 1890 pour que la première parisienne de cet opéra ait lieu à l’Opéra-Comique.

De disputes en querelles, de guerre de mots en regards fuyants, Béatrice et Bénédict parviennent à peine à se supporter tout en se cherchant sans cesse l’un l’autre. Deux forts tempéraments aussi agaçants qu’attachants. Telle passion éveille les doutes amicaux de ceux qui, par stratagème, révéleront un amour que seuls les protagonistes parvenaient à ignorer… La qualité de ce livret, adaptation de la pièce de Shakespeare Beaucoup de bruit pour rien, a souvent été discutée, mais ô combien relevée par les magnifiques duos et trios de l’œuvre.

Porté par une énergie toute d’éclats et de joies, de mauvaise foi et d’aveux reportés, de bienveillance cachée et de fausse indifférence, l’opéra est traversé de moments suspendus, au sommet desquels scintille le Nocturne de la fin de l’Acte I, lent duo de poésie pure dans lequel Ursule et Héro expriment un insondable amour de la nature.

Béatrice et Bénédict sera présenté en version de concert au Palais Garnier le 24 mars 2017 sous la direction du maestro Philippe Jordan.

Les artistes

Stanislas de Barbeyrac

Bénédict

Béatrice et Bénédict

Sabine Devieilhe

Héro

Béatrice et Bénédict

© Caroline Doutre

François Lis

Don Pedro

Béatrice et Bénédict

© DR

Stéphanie d’Oustrac

Béatrice

Béatrice et Bénédict

© collection personnelle de l’Artiste – 2012

Florian Sempey

Claudio

Béatrice et Bénédict

© Pierre Virly

Pour en savoir plus, contactez nous !

Par mail cercleberlioz@operadeparis.fr ou au 01.58.18.65.02